laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER
Accueil > La recherche > Équipes > Lexique > Lexicologie théorique et descriptive > Articles projets relief > 2<sup>e</sup> Journée RELIEF – 21 février 2013

2e Journée RELIEF – 21 février 2013

Programme de la journée

Cliquez ici pour télécharger l’affiche d’annonce de la journée.

9 h 00–9 h 15 Accueil : présentation de la journée

9 h 15–9 h 45 État d’avancement du projet

Alain Polguère

Pour débuter la journée, il est fait un bref récapitulatif de l’état d’avancement du projet : tâches accomplies et en cours, couverture actuelle du Réseau Lexical du Français (RLF), version courante de l’éditeur lexicographique, etc.

9 h 45–10 h 15 Usage des marques d’usage

Xavier Gouvert et Alain Polguère

L’indication des marques d’usage se fait à l’intérieur de la zone CG (caractéristiques grammaticales) des articles RLF. Nous faisons le point sur la façon dont sont utilisées les marques d’usage dans le RLF et sur les connexions entre marques d’usage et autres éléments d’information lexicographique associés à chaque lexie décrite.

10 h 15–10 h 30 Pause café

10 h 30–11 h 00 Nomenclature du RLF

Dorota Sikora

Depuis un an, la nomenclature du RLF a connu une croissance impressionnante, en atteignant aujourd’hui 12 000 vocables environ. Au-delà des statistiques, je propose un bilan des travaux effectués par l’équipe. Une attention toute particulière sera portée à la façon dont le traitement de la nomenclature a été repensé « en cours de route » et modifié par rapport au projet initial.

11 h 00–12 h 00 Table ronde : le RLF dans les champs

Delphine Beauseroy, Candice Delaite, Anaïs Ferté, Sébastien Haton, Élodie Jactel, Veronika Lux, Christelle Ménétrier, Sandrine Pescarini et Dorota Sikora

Cette table ronde est un retour sur le travail déjà effectué sur les champs lexicaux qui structurent la nomenclature du RLF. Son objectif est d’évoquer les problèmes rencontrés, ainsi que la réflexion linguistique et lexicographique qu’ils ont stimulée. En effet, de nombreuses solutions, concernant notamment les fonctions lexicales à implanter, les choix des formalisations des relations sémantiques, etc., ont été adoptées au cours du travail. Chemin faisant, il sera donc particulièrement important de réfléchir sur le mode même de prise de décision et sur la diffusion des solutions adoptées.

12 h 00–13 h 30 Déjeuner

13 h 30–14 h 15 Le concordancier TXM : utilisations pour le RLF

Évelyne Jacquey

Le projet RELIEF est arrivé à un stade où l’éditeur Dicet permet la saisie structurée des exemples. Les lexicographes sont en train de saisir les exemples qu’ils ont stockés en réserve depuis un an environ. Une fois cette étape réalisée, les lexicographes vont rechercher de nouveaux exemples et les saisiront directement pour les vocables qui seront traités dans l’année à venir. L’objectif premier de l’utilisation de TXM dans ce cadre est de permettre aux lexicographes d’avoir une vision globale des exemples qu’ils ont déjà stockés. Ainsi, à l’aide de TXM, les lexicographes disposeront d’une nouvelle ressource pour choisir leurs exemples : le corpus contenu dans RLF qui est constitué des exemples déjà utilisés pour les lexies déjà traitées.

Dans cet exposé, nous abordons les points suivants :

  • exemples d’utilisation de la base des exemples déjà stockés et illustration des possibilités du langage d’interrogation CQP à la mode TXM ;
  • méthode actuellement envisagée pour rendre accessible le corpus des exemples aux lexicographes du projet ;
  • méthodes envisagées à plus long terme (TXM web) ;
  • état des tentatives pour rendre accessibles aux lexicographes du projet, via TXM, les deux corpus Est Républicain et FrWac, utilisés dans le projet en complément de Frantext.

14 h 15–15 h 00 Une ébauche de détection de paires de lexies en relation analogique

Sandrine Ollinger

Je pose l’hypothèse que la détection de couple de lexies entrant en relation analogique au sein du RLF permettra l’émergence de règles lexicales et lexicographiques. L’exploitation de telles règles renforcera alors la cohérence de la ressource, en participant à sa validation, d’une part, et en assistant le lexicographe, d’autre part.

À la suite de Lepage (2003), je considère l’importance de la similarité et de la contiguïté dans la notion d’analogie. Après une réflexion sur ces deux éléments, j’ai opté pour une méthode de comparaison des lexies issue du calcul de distance d’édition entre chaînes de caractères. Je présenterai cette méthode ainsi que le format de représentation des lexies nécessaire à son application avant de présenter quelques regroupements observés dans le cas particulier des lexies nominales de vocables polysémiques ayant au minimum 2 liens de fonctions lexicales sortants.

15 h 00–15 h 45 Extraction d’un lexique relationnel pour les adjectifs. Les fonctions lexicales appliquées aux définitions lexicographiques

Lucie Barque (Paris 13 & LDI)

Je présente un travail, effectué en collaboration avec Alexis Nasr et Selja Seppala, qui porte sur le développement d’un lexique sémantique des adjectifs du français. La méthode adoptée se fonde sur des règles permettant d’extraire, à partir de définitions lexicographiques adjectivales, un grand nombre d’instances de relations sémantiques impliquant des adjectifs et modélisées au moyen de fonctions lexicales – par ex. A0chat ) = félin, A1( faute ) = fautif, etc. J’expose les résultats de cette étude et les pistes envisagées pour les améliorer.

15 h 45–16 h 00 Conclusion de la journée : orientations futures du projet

  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales