laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER

Colloque Daudet et les langues

Présentation

Présentation

À l’occasion du 150e anniversaire de la publication en recueil des Lettres de mon moulin, il s’agit de revenir sur l’une des œuvres les plus populaires de Daudet, constamment rééditée, traduite et adaptée, en réévaluant notamment l’impact que cette œuvre a pu avoir dans l’inconscient collectif pour des générations d’élèves.

 

Le recueil tel que nous le lisons aujourd’hui comprend 24 contes et nouvelles, pour la plupart publiés dans la presse à des époques très différentes. Déjà, la première édition, publiée chez Hetzel en 1869, réunissait trois séries de Lettres de mon moulin, qui avaient paru respectivement dans L’Événement en 1866, dans Le Figaro en 1868, et dans le même journal en 1869 ; en 1878, lors de la préparation d’une nouvelle édition (datée de 1879) chez Lemerre, ont été ajoutés cinq récits qui avaient figuré en 1874 dans Robert Helmont : « Les Étoiles », « Les Douaniers », « Les Oranges », « Les Sauterelles », « En Camargue » ainsi qu’un conte qui avait paru dans l’édition de 1875 des Contes du lundi : « Les Trois Messes basses ».

 

Plusieurs manifestations sont organisées à l’occasion de cet anniversaire, inscrit au rand des commémorations nationales de l’année 2019. Nous avons souhaité en particulier que ce colloque, Daudet et les langues, combine diverses approches critiques, permettant de mesurer la place occupée par ce fameux recueil depuis sa première publication.

 

15 communications émanant de chercheurs internationaux réparties sur deux journées vont aborder en premier lieu l’un des contes les plus connus du recueil, La Chèvre de M. Seguin. Dans un deuxième temps, Blanquette laissera la place à la langue des images à travers les illustrations des Lettres de mon moulin et ses adaptations cinématographiques.

 

La première journée se terminera par une conférence grand public intitulée de Daudet à l’Académie Goncourt animée par Pierre-Jean Dufief, professeur émérite de littérature française à l’Université Paris-Nanterre et Gabrielle Melison-Hirchwald, maître de conférences H.D.R. à l’Université de Lorraine.

 

Le 26 avril, le colloque se poursuivra hors de nos frontières. Un état des lieux des traductions des Lettres de mon moulin sera proposé. Puis, plusieurs intervenants traiteront de cas particuliers dans leurs langues respectives (Afrikaans, Arabe, Catalan, Espagnol). Enfin, la question de la réception du recueil sera examinée de 1869 à nos jours à l’aide de divers supports (presse, éditions imprimées et numériques, films).

  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales